• Coudamy_Volatilis (23)
  • Coudamy_Volatilis (22)
  • Coudamy_Volatilis (17)
  • Coudamy_Volatilis (21)
  • Coudamy_Volatilis (20)
  • Coudamy_Volatilis (19)
  • Coudamy_Volatilis (18)
  • Coudamy_Volatilis (16)
  • Coudamy_Volatilis (15)
  • Coudamy_Volatilis (13)
  • Coudamy_Volatilis (1)
  • Coudamy_Volatilis (2)
  • Coudamy_Volatilis (3)
  • Coudamy_Volatilis (4)
  • Coudamy_Volatilis (5)
  • Coudamy_Volatilis (6)
  • Coudamy_Volatilis (7)
  • Coudamy_Volatilis (8)
  • Coudamy_Volatilis (9)
  • Coudamy_Volatilis (10)
  • Coudamy_Volatilis (11)
  • Coudamy_Volatilis (12)

Volatiliz

Architecture interieur + Creation luminaires
Lizybiz
Paris, France
2014
170 m²
Photographies courtesy Benjamin Boccas

Un espace de 170 m2 dans un bâtiment du 19ème siècle aux codes classiques de la capitale que le jeune architecte français adapte aux besoins de ce studio exclusivement dédié au bureau de tendance et création textiles Lizybiz. C’est un travail de brouillage des limites des formes qui atteint son paroxisme dans une installation lumineuse monumentale et légère en suspension dans l’espace, à la fois structure fonctionnelle et objet visuel qui harmonise haussmanien et contemporain.

Le concept de luminaire Volatiliz est constitué d’un champ de tige qui descend du plafond à des hauteurs différentes pour créer une nappe continue qui ondule dans l’espace. “Perceptible et transparente, ces tiges très fines disséminées sur le plafond lisse jouent avec la lumière intégrée, tout en laissant libre la perception de l’espace.” Suspendu sur ses panneaux laqués, 2,6 km de tiges de fibre de verre ont été nécessaires pour composer le luminaire de 20 m² du showroom.

Les archives textiles de la société sont au coeur de l’espace de travail. Les échantillons deviennent une matière architecturale qui couvre tout le mur principal du showroom. Le design du mobilier est basé sur une structure triangulaire, ce dessin permet d’affiner la section en s’approchant du sol. Les meublent sont posés sur leurs pieds ultra fins tels des pattes d’insectes. Réduits au strict minimum, les portants sur roulette cherchent à disparaître au profit des vêtement et des tissus avec une double configuration de présentation, face et profil. Un soin particulier à été apporté au dessin des blocs de rangement qui sont traités avec subtilité pour ne pas venir perturber l’équilibre de l’espace, les tiroirs sont traités comme des strates, un paysage de cubes qui évolue sur différentes hauteurs. La cloison de séparation de l’espace principal est dessinée comme une masse anguleuse aux parois inclinées. Une fois dans l’accueil, le visiteur aperçoit ce volume mystérieux,  une roche géométrique présente les fils de couleur. La structure se retourne pour s’ouvrir complètement et offrir des rangements de l’autre coté.