• Coudamy_Swollen-wall (14)
  • Coudamy_Swollen-wall (13)
  • Coudamy_Swollen-wall (6)
  • Coudamy_Swollen-wall (12)
  • Coudamy_Swollen-wall (11)
  • Coudamy_Swollen-wall (8)
  • Coudamy_Swollen-wall (10)
  • Coudamy_Swollen-wall (9)
  • Coudamy_Swollen-wall (7)
  • Coudamy_Swollen-wall (5)
  • Coudamy_Swollen-wall (4)
  • Coudamy_Swollen-wall (3)
  • Coudamy_Swollen-wall

SwollenWall

Architecture intérieur & Design parametrique
Privé
Paris, France
2010
105 m²
Photographies courtesy Benjamin Boccas

Le désir du client était de pouvoir vivre avec sa collection de livres et de films dans son nouvel appartement haussmannien. Insérée le long des deux cotés des murs porteurs, la bibliothèque articule les différents espaces de vie. Passant au dessus des portes, elle traverse le dressing de la chambre, crée un espace d’accueil dans l’entrée, se répartit sur deux murs pour former, dans l’angle, un coin bureau surélevé avec un lit pour les invités sous l’estrade.

Du sol au plafond, le meuble se base sur une trame carrée de 20×20 cm. Pour ranger différentes tailles d’objets, la trame principale destinée aux folios s’agrandit de manière aléatoire dans la largeur et la longueur pour accueillir des objets plus longs ou hauts. Un espace est ainsi créé pour des enceintes, des parapluies, des documents A4, un vase, un grand livre… Au sein de ces alvéoles sortent des blocs de rangement fermés qui abritent un minibar, des rangements pour une imprimante, un dressing, un placard à chaussures dans l’entrée, des espaces pour les dossiers…

La bibliothèque est tantôt « amputée », tantôt gonflée par des volumes sphériques virtuels grâce à des manipulations numériques. En faisant varier la profondeur du mur de rangement, les propriétaires peuvent ranger des livres et des objets de tailles différentes, ils donnent vie au meuble en s’entourant de leurs objets personnels.

La bibliothèque engendre une paroi boursouflée, les protubérances entrent en collision avec les formes massives des rangements fermés. Les érosions sphériques viennent augmenter le mur en déformant ses contours, cette mutation génère des perspectives étranges. Ce deuxième mur dilaté s’insère dans le classicisme de l’appartement. Cet objet hybride entre en confrontation avec la symétrie et la rigueur des moulures et rosaces pour produire une réaction permanente avec les objets et les habitants qui y vivent.